` 12 avril 2010 : journée Mondiale de la Maladie de Parkinson | Handicap Infos

COMMUNAUTÉ

PATHOLOGIES | 12/04/10 15:13

0 réaction

trait

12 avril 2010 : journée Mondiale de la Maladie de Parkinson

LA SUBSTANCE GRISE ET LE SYSTÈME DOPAMINERGIQUE.

Les associations remettent un Livre Blanc à la Ministre de la Santé.



Un « Livre Blanc » destiné à sortir de l'ombre la maladie de Parkinson, « la plus oubliée des maladies du cerveau » malgré 150.000 personnes atteintes en France, est remis lundi à la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, à l'occasion de la Journée mondiale.

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative après la maladie d'Alzheimer. 10.000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. C'est aussi la 2e cause de handicap moteur après les accidents vasculaires cérébraux.

Le Livre Blanc est l'aboutissement des « états généraux » lancés en 2008 par l'association France Parkinson. Il rassemble des témoignages de malades et de soignants et dresse une liste de propositions concrètes pour améliorer la prise en charge de la maladie, « 20 priorités » qui pourraient servir de base à un « plan Parkinson ».

« C'est une maladie extrêmement handicapante, pénible, malgré le traitement efficace et la plupart des gens ne savent pas ce que c'est », indique le neurologue Yves Agid (Pitié-Salpêtrière, Paris), fondateur de France Parkinson.

L'âge moyen du diagnostic est de 60 ans, mais 10% des cas se révèlent avant 45 ans (souvent des formes familiales) et la moitié des malades ont moins de 60 ans. Se pose alors le problème du maintien de l'activité professionnelle et de l'accès à la retraite. De même, la maladie ne se résume pas à des tremblements comme on le croit souvent.

Tous les parkinsoniens ne tremblent pas, mais peuvent présenter bien d'autres symptômes :

Lenteur,
Troubles de la marche,
Problèmes d'équilibre,
Incontinence,
Difficultés de concentration.

Le Livre Blanc demande aux pouvoirs publics de structurer le système de soins, avec la création de pôles de référence régionaux, et de développer la prise en charge pluridisciplinaire. Pas moins de 27 professionnels sont en effet potentiellement appelés à intervenir : neurologue, kinésithérapeute, ergothérapeute, orthophoniste, urologue, assistante sociale...

Il réclame aussi un accès facilité à la prise en charge en affection de longue durée (ALD), qui intervient aujourd'hui en moyenne à 74 ans.

Sur le plan médical, le Livre Blanc s'intéresse aux troubles du comportement que peuvent causer les traitements, comme le jeu pathologique ou les achats compulsifs. Les malades devraient être alertés sur ces effets indésirables qui peuvent engendrer des situations familiales graves, souligne-t-il.

Le Livre Blanc souhaite aussi voir se développer la recherche.
Le Pr Agid cite trois axes :


Trouver des médicaments pour atténuer ou supprimer les symptômes qui ne répondent pas aux traitements à la L-Dopa (médicament qui vise à corriger le manque de dopamine dans le cerveau);

Comprendre les mécanismes de la mort des neurones pour stopper l'évolution de la maladie;

Découvrir des biomarqueurs (neuro-imagerie, dosages dans le sang) pour la diagnostiquer précocement.

Le Livre Blanc recommande par ailleurs d'identifier les facteurs environnementaux qui peuvent favoriser l'apparition de la maladie, en particulier dans le milieu agricole (les pesticides ont été mis en cause dans plusieurs études) ou industriel.

« Au cours des cinq dernières années, 21 projets de recherche sur la maladie de Parkinson ont été financés pour un montant de près de 4,5 millions d'euros », a souligné le ministère de la Santé dans un communiqué.



© Hanicap Infos - source : communiqué de presse

SÉLECTION D'ARTICLES
Haut de page

Se désabonner 

handi-hotel