` Sclérose en plaques : la piste des cellules souches | Handicap Infos

COMMUNAUTÉ

RECHERCHE | 27/01/15 15:31

1 réaction

trait

Sclérose en plaques : la piste des cellules souches

Les traitements de fond de cette affection fortement handicapante consistent en des médicaments immunomodulateurs ou immunosuppresseurs.

Les traitements de fond de cette affection fortement handicapante consistent en des médicaments immunomodulateurs ou immunosuppresseurs.



Certaines formes de sclérose en plaques (SEP) pourraient-elles bénéficier de thérapies cellulaires ? Une équipe américaine vient en tout cas d’annoncer des résultats préliminaires assez spectaculaires obtenus avec des injections de cellules souches hématopoïétiques – précurseurs des cellules sanguines – chez des malades atteints de SEP évoluant par poussées.

L’article publié par Richard Burt (université Feinberg, Chicago) et ses collègues dans la revue JAMA datée du 20 janvier est toutefois accompagné d’un éditorial de Stephen Hausen (université de Californie), un des grands spécialistes de la sclérose en plaques, qui invite à la prudence.

Maladie à la fois inflammatoire et neurodégénérative, avec une destruction de la gaine de myéline (qui protège et isole les fibres nerveuses), la SEP évolue le plus souvent de façon rémittente – par poussées –, plus rarement par une aggravation progressive. Les traitements de fond de cette affection fortement handicapante consistent en des médicaments immunomodulateurs ou immunosuppresseurs.

L’approche développée par les chercheurs de Chicago vise à reprogrammer le système immunitaire des malades grâce à leurs propres cellules souches hématopoïétiques, à l’origine notamment des globules blancs. Celles-ci sont prélevées dans leur sang, « nettoyées » – dans le but d’éliminer les cellules inflammatoires et celles qui détruisent la myéline – puis réinjectées en intraveineux. Au préalable, les patients reçoivent un cocktail de deux immunosuppresseurs déjà validés dans la SEP ; deux protocoles distincts ont été utilisés.

Des réserves soulevées

En 2009, l’équipe américaine avait publié des premiers résultats portant sur 21 patients. Leur essai tout juste paru dans le JAMA en a inclus 145 (y compris les 21 premiers), suivis pendant six mois à cinq ans. Parmi les 82 malades, avec deux ans de recul, la moitié a une amélioration significative du handicap, avec un gain d’au moins un point sur l’échelle EDSS, un outil de cotation clinique qui en comporte dix. La proportion est des deux tiers (23/36) dans le groupe avec quatre ans de recul.

Un tel succès, prolongé dans le temps, est inédit, soulignent les auteurs, qui notent aussi une amélioration d’autres paramètres cliniques et même une régression des lésions en imagerie par résonance magnétique (IRM). L’analyse approfondie montre que ce sont surtout les patients dont la maladie évolue par poussées qui bénéficient de cette stratégie. Quant aux effets secondaires, il s’est agi principalement d’infections (favorisées par l’immunodépression) et de maladies auto-immunes, bien connues avec l’alemtuzumab.

« L’idée de nettoyer le système immunitaire pour traiter la SEP n’est pas nouvelle, mais les protocoles testés jusqu’ici étaient très lourds, sur le modèle de ceux des leucémies, explique le professeur Thibault Moreau, chef du service de neurologie du CHU de Dijon. Cette étude, importante, montre qu’une approche plus légère mérite d’être explorée. »

Pour ce spécialiste de la SEP, les résultats présentés par l’équipe de Burt sont effectivement impressionnants, tant sur le plan clinique qu’à l’IRM. « Passer d’un score EDSS de 4 à 3 signifie pour le patient passer d’une réduction du périmètre de marche à simplement des anomalies à l’examen clinique », traduit-il. Comme l’éditorialiste du JAMA, il soulève cependant des réserves : l’étude a été conduite dans un seul centre, avec une population très hétérogène de patients et sans groupe contrôle. Le mécanisme d’action des cellules souches demande aussi à être précisé. Les auteurs eux-mêmes plaident pour une confirmation de leurs travaux par des essais randomisés.



© Handicap Infos - source : lemonde

Les réactions des abonnés  :

laurent75
28/01/2015 11:10:30
Espérons que les scientifiques avancent vite sur la piste prometteuse des cellules souches dans la sclérose en plaques. La régénération des cellules endommagées semble être une solution pour sortir les patients du handicap et améliorer grandement le confort de vie au quotidien.


SÉLECTION D'ARTICLES
Haut de page

Se désabonner 

handi-hotel