COMMUNAUTÉ

LOI | 28/02/11 10:34

0 réactions

trait

Vie professionnelle & handicap : pourquoi se faire reconnaître travailleur handicapé ?

Vie professionnelle et handicap : pourquoi se faire reconnaître travailleur handicapé ?

Un statut particulier pour l'insertion professionnelle.



Constitue un handicap, au sens de la loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant.

Pourquoi se faire reconnaître travailleur handicapé ?

La reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) est l’attribution d’un statut particulier permettant une meilleure insertion professionnelle.

Cette reconnaissance peut intervenir à l’embauche ou en cours d’emploi. Elle est individuelle et soumise aux mêmes règles de confidentialité que les éléments constitutifs du dossier administratif du personnel.

Elle permet :

L’aménagement d’horaires individualisés,

l’adaptation du poste de travail,

la reconversion dans l’entreprise (bilan de compétences, formation.),

les aides de l’Agefiph pour l’aménagement d’un poste de travail (siège ergonomique adapté,…),

dans le cadre de la réforme 2010 sur les retraites, d’avoir un éventuel effet sur la date de départ (sous réserve de la parution des décrets en 2011).

Demander sa qualité de travailleur handicapé (RQTH), c’est faire reconnaître officiellement par la CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées) son aptitude au travail en fonction de ses capacités liées au handicap. Tous les renseignements peuvent être obtenus auprès des Maisons Départementales des Personnes Handicapées.

Cette reconnaissance peut être accordée aux personnes âgées de 16 ans ou plus exerçant ou souhaitant exercer une activité professionnelle et dont les possibilités d’obtenir ou de conserver un emploi sont effectivement réduites par suite de l’altération d’une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique.

Ce statut est accordé pour une période définie. C’est un acte volontaire du bénéficiaire : lui seul (ou son représentant légal) peut accepter ou refuser cette démarche.

Les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)

Placées sous tutelle administrative et financière des conseils généraux, les MDPH sont des groupements d’intérêt public (GIP). En créant les MDPH, la loi de 2005 a cette finalité de mettre en place, dans chaque département, un guichet unique pour toutes les démarches liées au handicap. Des démarches différentes mais toutes consignées dans un même dossier, lequel résume la situation de la personne et précise ses demandes concernant l’emploi, la formation, les prestations, l’orientation vers un établissement spécialisé…

La Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH)

Au sein de chaque Maison départementale, la CDAPH prend les décisions relatives à l’ensemble des droits de la personne. Elle est notamment compétente pour apprécier le taux d’incapacité, attribuer aides et prestations, reconnaître la qualité de travailleur handicapé…

© Handicap Infos - source : caf

Haut de page
handi-hotel