Mercredi 28 octobre 2020

Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)
 
 

 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

DOSSIER PARKINSON | article publié le, 10/12/07 0 réaction 


Une infirmière témoigne

 
 

une infirmière témoigne

« Ils connaissent mieux que les soignants les réactions de leur corps aux effets des médicaments. Ils savent qu’une perturbation de leur sommeil, donc une nuit difficile induit une journée désorganisée. Dès le matin apparaît l’angoisse du respect de l’heure de distribution des médicaments par des soignants référents ou nouveaux.Cette angoisse est réavivée à chaque changement d’équipe. Ils sont à l’affût des nouveaux traitements et questionnent les nouveaux arrivants. Ils ont peur de se retrouver seuls, bloqués. »

retour à la page précédente Retour à la page précédente

Puis rapporte les propos des patients :

« Ca y est, la nuit est finie, je n’ai pas l’air d’être bloqué, mes neurones réagissent bien.Qui va venir me réveiller ce matin ? Quelqu’un qui connaisse mes habitudes et mes manies, mes bouées de sauvetage, pour continuer à me battre. Cette maladie me bloque dans des situations qui me font mal intellectuellement. »

« Voilà l’infirmière, comme d’habitude, je sentirai la période off arriver et je sonnerai vite pour avoir mon dispersible ou mon injection d’apomorphine avant de me transformer en statue de sel. Depuis ces années, je sens les changements dans mon corps et j’ai très vite appris à maitriser la situation. Etre bien installé au petit-déjeûner évite les fausses routes même si le nécessaire à aspiration est préparé et le personnel formé. »

« Quelqu’un m’aidera pour ma douche, car je crains les chutes.La salle de bains est grande et bien agencée, mais il y a des pièges au sol et dans l’espace, une glissade est si vite arrivée.Lorsque je serai prêt, je descendrai en kiné avec mon traitement prévu en cours de séance, prendrai mon dispersible avant pour travailler correctement. Je laisserai ma chambre à l’agent qui assure le nettoyage. Avec ma pathologie, je fais des dégâts lors des repas ,ou lorsque je veux attraper un objet. »

« J’ai beaucoup de choses autour de moi : un déambulateur, un fauteuil roulant, un tableau de communication avec des lettres, des chiffres, des mots usuels quand je ne peux plus parler, une pince pour saisir ce qui tombe à terre. Je vis dans un désordre organisé pour moi, désorganisé pour les soignants. »

« Après la séance de kiné, je me repose quelques instants.Le médecin me rend visite, m’interroge sur mes périodes on et off et m’examine. Il m’infome sur mon traitement, les changements de prescription, d’horaire. Je l’expliquerai à l’infirmière »

« La salle à manger est un lieu à risque, risque de fausses routes avec du pain, une frite, un morceau de viande, risque de chutes.L’aspiration y est aussi préparée. Je préfère m’asseoir à côté d’une personne atteint de la même maladie, les contacts et les conversations seront plus enrichissantes.Nous échangerons sur les nouveaux traitements, leurs effets positifs et négatifs. Mon voisin me raconte sa matinée : il a eu un bain thérapeutique, un moment de détente avec des ultra sons, de la musique, un jeu de lumière, pendant une demi-heure. Son corps plus souple répondait mieux à la commande. »

« Après le repas, je m’accorde une sieste avant d’aller en animation, à l’atelier calligraphie, avec mon traitement pour l’heure prévue. Je remonte bloqué de l’atelier, vite de l’apomorphine, sinon je ne suis plus bon à rien.Il ne faut pas que ma famille me voit comme cela.Je m’angoisse, de les voir arriver, car j’ai peur de ne pas être à la hauteur. »

« J’ai encore présumé de mes capacités. Je suis tombé en allant aux toilettes.Tout le personnel est autour de moi, une fracture est si vite arrivée avec ses conséquences.Mais si l’on reste dans son lit, il y a des risques d’escarres, de fausses routes, d’ankylose. »

retour à la page précédente Retour à la page précédente

© A.Chabot ( cadre de santé ) , G.Delaporte ( IDE ) , S.Guillermain ( kinésithérapeute ) , N.Le Saoûlt ( ergothérapeute , P.Laly ( kinésithérapeute ) ,M.Zabourah ( IDE )


 Haut de page



 
 


 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème