Mercredi 28 octobre 2020

Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)
 
 

 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

DOSSIER PARKINSON | article publié le, 10/12/07 0 réaction 


Le besoin de communiquer est également gravement perturbé.

 
 

Le besoin de communiquer est également gravement perturbé.

Sont altérés la communication verbale (aprosodie , dysarthrie) , écrite (micrographie) , la perception visuelle et la dynamique familiale. La vie familiale est désorganisée, le conjoint est épuisé.Fréquemment l’aidant gère le traitement partiellement ou complètement. Le besoin d’information sur le traitement, les complications, les troubles du comportement (angoisses, hallucinations), cognitifs (mémoire, attention) font du médecin et du personnel soignant des interlocuteurs constamment sollicités. La psychologue intervient pour un accompagnement psychologique, une évaluation de l’état psychique et cognitif, un suivi du patient et de la famille. Le psychiatre intervient également lors de manifestations hallucinatoires, anxieuses ou délirantes (démence à corps de Lévy). Réassurer et écouter ne suffit pas toujours.L’angoisse précède ou accompagne les blocages et les fluctuations.Les ateliers calligraphie et chi gong ont été ainsi créés.

retour à la page précédente Retour à la page précédente


Chi gong

Chi gong

Chi gong

Cette prise en charge est basée sur les mots clefs : relaxation-concentration, autonomie, qualité de vie.

Le but est de proposer à des patients parkinsoniens une réponse thérapeutique non médicamenteuse à l’aide d’un travail corporel complémentaire à la prise en charge kiné.
Les objectifs sont de redécouvrir les capacités physiques, agir sur l’akinésie, diminuer la rigidité et les tremblements, renforcer l’équilibre, orienter le corps dans l’espace, améliorer la qualité de vie.



Calligraphie

Cette prise en charge est basée sur les mots clés : graphisme –interaction.
Les patients atteints de la maladie de Parkinson rencontrent des troubles du graphisme appelés aussi « microécriture » qui les invalident dans la vie quotidienne.

Le but est de proposer à des patients parkinsoniens ayant des difficultés de graphisme une aide thérapeutique préventive et rééducative basée sur la calligraphie.
L’objectif est d’écrire autrement



Mr L. parkinsonien depuis 15 ans

Mr L. parkinsonien depuis 15 ans Handicap fonctionnel : peu d’activités effectuées seul, incapable de se tenir debout, ne peut marcher seul sans aide, lenteur marquée, pauvreté et amplitude du mouvement, rigidité du corps.

Etat mental : perte mnésique modérée, désorientation et difficultés modérées à faire face à des problèmes complexes, périodes de tristesse, sentiment de culpabilité, perte d’initiative, désintérêt pour certaines activités non routinières.
Activité dans la vie quotidienne : parole gravement perturbée, écriture de la majorité des mots illisible.

Plan d’actions :

kinésithérapie quotidienne

altération de la mobilité : atelier kin’anim (conserver et développer l’autonomie, créer en groupe une convivialité où exercices et performances cohabitent), atelier chi gong (redécouvrir les capacités physiques, diminuer la rigidité)

déficience de la communication : atelier calligraphie (écrire lisiblement), atelier chanson (optimiser l’articulation de la voix, entrer en communication), atelier chi gong (travailler la respiration)

déficit cognitif : atelier mémoire (stimuler les différentes mémoires, augmenter la concentration, stimuler la capacité de verbalisation, améliorer l’état dépressif), atelier chanson (stimuler les fonctions cognitives par la recherche de paroles et d’auteurs)

perte de l’estime de soi : atelier chanson (diminuer la douleur morale , stimuler les rapports sociaux) , atelier jade (amoindrir l’angoisse par la présence d’une chienne labrador , inciter un bien-être par le biais d’un animal) , atelier chi gong (connaître son corps pour mieux en prendre soin).



retour à la page précédente Retour à la page précédente

© A.Chabot ( cadre de santé ) , G.Delaporte ( IDE ) , S.Guillermain ( kinésithérapeute ) , N.Le Saoûlt ( ergothérapeute , P.Laly ( kinésithérapeute ) ,M.Zabourah ( IDE )


 Haut de page



 
 


 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème