Mercredi 28 octobre 2020

Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)
 
 

 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

DOSSIER PARKINSON | article publié le, 10/12/07 0 réaction 


Se laver et se vêtir

 
 

Se laver et se vêtir

Se laver et se vêtir sont des moments également difficiles, dépendants de la lenteur et de l’impossiblité de réaliser un geste fin (boutonner, lacer, se laver les dents, se raser …).Lorsque la toilette est réalisable par la personne elle-même, une aide est souvent nécessaire pour la toilette du bas. Là encore, cette activité est effectuée le plus confortablement, en période on. Il y a une incapacité totale ou partielle à effectuer ses soins d’hygiène ou à soigner son apparence. Préparer et regrouper le nécessaire de toilette , prévoir des aides techniques ( rasoir électrique , brosse à dents électrique , chausse-pieds à long manche , pince à saisir ) , choisir des vêtements amples sans boutons , à ouverture médiane , facilite les gestes du patient.

retour à la page précédente Retour à la page précédente


Sur prescription médicale, un stomatologue assure dans l’établissment les soins courants, car l’hygiène dentaire a des répercussions sur la nutrition, la communication, les troubles de la parole et l’image de soi.

Le service est doté d’une baignoire hydrosound depuis 1998.Des bains thérapeutiques sont prodigués selon la méthode Snoezellen. Une seconde baignoire a été installée dans l’unité park en 2005.Les effets les plus bénéfiques portent sur l’agitation, la désorientation, la douleur, l’hypertonie, les contractures, les rétractions. Les patients parkinsonsiens rétractés, bloqués, fluctuants, sur le déclin sont concernés.

Le bain thérapeutique se déroule dans une pièce en semi-clarté, avec un fond musical, des jeux de lumière et l’émission d’un parfum pour faire plaisir aux sens.

Le bain thérapeutique se déroule dans une pièce en semi-clarté

Le bain thérapeutique se déroule dans une pièce en semi-clarté

Règne un calme absolu pour que le patient puisse s’isoler, écouter de la musique et se relaxer. Deux soignants organisent les transferts et la surveillance de ce bain de 30 à 45 minutes. Des bains régulièrement donnés améliorent l’état de santé. Même en période off, le patient parvient un peu à se mobiliser. Il est plus détendu et exécute plus facilement les mouvements volontaires. Le patient alité est moins douloureux lors des mobilisations. Il retrouve l’appétit, est capable de manger seul alors qu’il lui fallait une aide. La somnolence diurne diminue. L’hypertonie est atténuée. Les ultrasons émis lors du bain décapent les peaux mortes de la peau saine ou des plaies chroniques..



Bilan autonomie

Bilan réalisé à partir du bilan modulaire en ergothérapie.Pour chaque critère, il est noté comment le patient réalise l’action, si elle est effectuée de façon complète ou pas et quelle est l’aide apportée par une aide technique et/ou une tierce personne. Transferts et déambulation : se lever du lit, se coucher dans le lit, s’asseoir, se lever d’un siège, se tenir debout, se déplacer, enjamber un obstacle, faire son lit Hygiène corporelle : lors d’une douche ou d’une toilette au lavabo , après chaque acte pour se laver , s’essuyer le visage , la nuque , le milieu du dos , son intimité , le bas du dos , les pieds , se brosser les dents , se rincer la bouche , se coiffer , se raser , se maquiller , ouvrir et fermer le robinet , gérer l’appareillage ( dentier , lunettes ) Habillage : actes réalisés assis ou debout, passer un vêtement par la tête, les épaules, les pieds, mettre le soutien-gorge, mettre une gaine, se chausser, se boutonner, utiliser des fermetures Prises des repas : se servir à boire, utiliser un verre, couper les aliments, se servir de la cuillère, se servir de la fourchette Critères cognitifs : reconnaître les objets, gérer le rythme de réalisation des actes, orienter les vêtements, comprendre les consignes, anticiper les actions, suivre l’ordre chronologique des activités, suivre les étapes logiques des actes constituant une activité, s’orienter dans l’espace intime



Ce bilan fait l’objet d’une transmission ciblée dans le dossier du patient. Les troubles fonctionnels de la maladie de Parkinson perturbent le besoin d’éliminer.
Constipation, rétention, impériosités nocturnes ou incontinence urinaire, incapacité partielle ou totale à utiliser les toilettes sont pris en charge quotidiennement. La constipation entraine un inconfort, mais aussi une modification de l’efficacite du traitement antiparkinsonien, par modification de sa biodisponibilité.
Elle a un retentissement sur la continence urinaire et perturbe la vie sociale. La personne âgée a tendance en cas d’incontinence à restreindre ses boissons.La surveillance du transit va de paire avec la surveillance hydrique. Pour lutter contre la constipation, des laxatifs sont prescrits, l’alimentation orale ou entérale est enrichie en fibres (jus de fruits, thé, tisanes …) et l’activité physique recommandée.Là encore, chaise-pot, bassin, urinal sont positionnés près du patient.

L’akinésie, les douleurs, les troubles sphinctériens, les hallucinations nocturnes altèrent le sommeil du parkinsonien et de son conjoint. Dormir devient difficile. L’insomnie, la perturbation des habitudes de sommeil s’ajoutent à une somnolence diurne.
L’équipe soignante de nuit repère ces difficultés, les phases d’éveil nocturne ou le réveil trop matinal lié à un blocage et aux contractures. La personne a du mal à se retourner, à saisir draps et couvertures.
Sonnette, verre d’eau et médicaments sont posés à proximité. Les passages réguliers et les réponses aux appels sont autant de moments de réssurance et d’écoute. Doivent être garanties la régularité et l’exactitude de l’heure de dispensation du traitement : tôt le matin pour lever un blocage, tard le soir pour prolonger l’effet du traitement antiparkinsonien la nuit grâce aux formes à libération prolongée.

retour à la page précédente Retour à la page précédente

© A.Chabot ( cadre de santé ) , G.Delaporte ( IDE ) , S.Guillermain ( kinésithérapeute ) , N.Le Saoûlt ( ergothérapeute , P.Laly ( kinésithérapeute ) ,M.Zabourah ( IDE )


 Haut de page



 
 


 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème