Jeudi 21 octobre 2021

Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)
 
 

 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

DELPHINOTHÉRAPIE | article publié le, 23/07/08 3 réactions 


Dauphins thérapeutes

 
 

S’il est un animal marin qui éveille la sympathie et pique la curiosité des êtres humains, c’est bien le dauphin.

S’il est un animal marin qui éveille la sympathie et pique la curiosité des êtres humains, c’est bien le dauphin.

Le flair du dauphin pour détecter la maladie en fait aussi un « thérapeute » auprès des petits malades, handicapés ou autistes. Plongeon dans le monde de la delphinothérapie.

Développée dans les années 80, cette approche alternative implique un contact avec des dauphins dans un but récréatif ou clinique. Une méthode peu connue et étudiée.

En 2004, Geneviève David, psycho-éducatrice montréalaise, a amorcé un projet de recherche concernant l’impact du programme Harmony de l’organisme Water Planet sur les comportements d’enfants autistes. À Panama City Beach, au nord-ouest de la Floride, Water Planet offre un programme éducatif en français ou en anglais aux enfants malades, handicapés et autistes qui combine la nage avec les dauphins sauvages et diverses séances avec des professionnels de la santé.

Les activités réparties sur une semaine comprennent une demi-journée en mer et des ateliers de stimulation, de musicothérapie, des ateliers artistiques et des massages aquatiques.

Les dauphins ont la réputation d’être intelligents grâce à leur cortex cérébral très développé, d’être curieux, sociables et joueurs. Ils ont un intérêt en général pour les enfants ou les petites personnes. «Quand ils voient des enfants, les dauphins ont un instinct de protection qui les amènent à venir les voir et à tourner autour d’eux», raconte Geneviève David.

Grâce à son système d’écholocation, le sonar, le dauphin est en mesure de percevoir l’intérieur du corps des individus. Les ultrasons lui permettent de visualiser les organes malades ou les implants que possèdent certaines personnes.

Ces anomalies suscitent la curiosité du dauphin. Geneviève David se rappelle d’une expérience vécue avec un jeune autiste aveugle. «Le dauphin est venu coller son museau dans la main de l’enfant, comme s’il avait voulu établir la communication avec ce garçon qui ne pouvait pas le voir.»

Si quelques études ont déjà été réalisées sur l’impact positif de la nage en compagnie de dauphins captifs, le projet de recherche de Mme David est unique puisque c’est la première fois qu’un chercheur se penche sur l’interaction d’enfants présentant un trouble envahissant du comportement avec des dauphins en liberté.

Pour la thérapeute, la captivité des dauphins crée un problème éthique à la base. «Au niveau de la philosophie, cela ne me convenait pas. J’ai donc fait des recherches pour trouver une compagnie offrant la possibilité de nager avec des dauphins sauvages.»

Première étude

La jeune autiste de sept ans qui a participé à la première étude de cas effectuée par la psycho-éducatrice, a accepté de manger à la cafétéria en présence d’autres enfants à la suite de son expérience de nage avec les dauphins. Ses parents ont également noté une diminution de ses comportements stéréotypiques. Mme David a donc émis l’hypothèse que l’expérience vécue avec les dauphins avait permis, dans ce cas précis, une diminution de l’anxiété chez la jeune fille et une augmentation de son intérêt au chapitre de la communication.

Grâce à son système d’écholocation, le sonar, le dauphin est en mesure de percevoir 

l’intérieur du corps des individus.

Grâce à son système d’écholocation, le sonar, le dauphin est en mesure de percevoir l’intérieur du corps des individus.

Après le dépôt de son mémoire de maîtrise à l’Université de Montréal, la psycho-éducatrice a décidé de poursuivre son échantillonnage et d’analyser les données comportementales d’une quinzaine de cas. L’étude est toujours en cours et devrait être publiée lorsqu’elle sera terminée. Pour l’instant, Geneviève David n’est pas en mesure de commenter si l’expérience de nage avec les dauphins a des incidences réelles ou non sur les comportements des enfants autistes.

Les bienfaits

Les programmes de rencontres avec les dauphins s’adressent aux enfants de 2 à 18 ans, qu’ils sachent nager ou non, et peuvent même être accessibles aux enfants en chaise roulante. La psycho-éducatrice met en garde les parents qui pourraient fonder un espoir démesuré relativement aux bienfaits que peut apporter la delphinothérapie. «Je conseille aux parents de vivre l’expérience pour le plaisir et de ne pas le faire en pensant à la guérison possible de l’enfant.»

L’expérience de nage avec les dauphins permet de sortir l’enfant et ses parents accompagnateurs de leur routine. «Les parents se sentent souvent réénergisés à la suite de la semaine de nage avec les dauphins parce qu’ils ont été témoins du potentiel de leur enfant», soumet Geneviève David.

Si la delphinothérapie ne peut malheureusement pas être considérée comme une cure miracle pour les enfants autistes, l’expérience vise toutefois à favoriser leur expression, leur ouverture de soi et à libérer certaines émotions.

© Handicap Infos source : Anne-Marie Labbé - Soleil.


 Haut de page



 
 


 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

___ Les réactions des abonnés  :

bea
21/12/2008 20:13:57
comment peut-on avoir plus d'information sur cette thérapie pour pouvoir y participer?


GIRA
28/08/2008 22:01:26
oui j ai une fille retardée mentale qui serait intéressée pour aller voir les dauphins, mon msn blanche-blanchedu72@hotmail.f


Eva
27/07/2008 19:28:31
Le dauphin meilleur ami de l'homme ? Encore plus ... Puisqu'il est capable d'apporter de la quiétude aux enfants autistes et handicapés. Un article sympathique à lire absolument pour un plongeon dans le monde de la delphinothérapie. Je pense en effet que les dauphins sont d'authentiques thérapeutes malgré eux et qu'il doit être tout à fait magique de nager à leur côté.