Samedi 04 décembre 2021

Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)
 
 

 Article précédent  Sur le même thème

HANDICAP | article publié le, 07/07/21 0 réaction 


Comité interministériel du handicap : un appel à poursuivre les efforts engagés

 
 

Ce CIH a déroulé le bilan de l’action vers l’inclusion autour de quatre axes ...

Ce CIH a déroulé le bilan de l’action vers l’inclusion autour de quatre axes...

Le gouvernement a fait peu d'annonces lors du 5e comité interministériel du handicap, le 5 juillet. En cette fin de quinquennat, il veut prioritairement renforcer les actions déjà en place.

Le cinquième comité interministériel du handicap du quinquennat s’est déroulé le 5 juillet, dans un contexte de tension après le refus du gouvernement d’individualiser l’AAH. Ce CIH a déroulé le bilan de l’action vers l’inclusion autour de quatre axes :

- Jeunesse,
- Simplification et renforcement du pouvoir d’agir,
- Accompagnement,
- Transformation de la société.

En revanche, il a choisi de ne pas répondre aux attentes des associations, la déconjugalisation de l’AAH posant, selon Matignon, une question fondamentale autour de l’individualisation de notre système social.

Jeunesse, priorité n° 1

Le Gouvernement réitère ses engagements en faveur d’une société inclusive qui progresse, notamment à l’école : + 20 % d’élèves en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire en quatre ans (ils étaient 385 000 à la rentrée 2020), + 71 % d’apprentis entre 2020 et 2021.

Le développement des plateformes de coordination et de repérage des troubles autistiques se poursuit : 63 d’entre elles sont ouvertes, tous les départements devraient être couverts à la fin 2022. Selon le bilan, 11 000 enfants ont pu bénéficier d’un repérage et d’un accompagnement (quatre fois plus depuis le dernier CIH) et 6 700 familles bénéficient d’au moins un forfait pour financer les interventions des ergothérapeutes, psychomotriciens et/ou psychologues.

L’école a reçu un investissement supplémentaire de 250 M€ en 2021, pour un total de 3,3 Mds€, soit une augmentation de plus de 60 % depuis 2017. L’effort a porté sur la coopération entre l’Éducation nationale et le médicosocial : 170 équipes mobiles d’appui à la scolarisation (Emas) sont déployées, soit un doublement du nombre d’équipes en un an. Et le CIH annonce un nouvel effort : la constitution d’unités d’enseignement spécialisées polyhandicap (UEEP) qui doivent permettre la scolarisation d’enfants polyhandicapés au sein de l’école ordinaire. Après l’ouverture en 2020 de trois premières UEPP (Essonne, Marseille et Ille-et-Vilaine), cinq nouvelles sont prévues à la rentrée 2021. L’objectif est de disposer d’une UEEP par académie en 2023.

Simplification et renforcement du pouvoir d’agir

Comme prévu à l’issue d’une longue concertation, un plan d’action sera mis en œuvre à partir du 1er janvier 2022 pour sécuriser les parcours professionnels des travailleurs en Esat, autour de l’idée de la « fin de l’assignation à l’Esat pour toute une vie professionnelle ». Des parcours plus fluides vers l’emploi ordinaire ou accompagné sont envisagés, avec un droit de retour pour les sécuriser et l’annualisation de l’aide au poste pour les établissements. Les Esat, « qui ont prouvé leur utilité pendant la crise » selon le cabinet de Sophie Cluzel, disposeront d’un fonds dédié à l’investissement productif, afin d’être accompagnés dans la transformation de leur modèle commercial.

Du côté de la vie quotidienne, le CIH se réjouit des avancées liées au droit à vie : aujourd’hui, 135 000 personnes bénéficient de l’AAH à vie, 1,2 million de cartes mobilité inclusion à vie ont été distribuées, et des travaux sont en cours pour attribuer dès 2022 la PCH sans limitation de durée pour les personnes dont le handicap n’est pas susceptible d’évoluer. Si les premiers pas de la PCH parentalité limitent le satisfecit quant à cette mesure instituée le 1er janvier 2021, un millier de familles en bénéficient. APF France Handicap a adressé une lettre au Premier ministre en amont de ce CIH, demandant « de revenir à un principe d’une PCH parentalité individualisée, dans l’esprit de la loi de 2005 ».

Pour l’AAH, qui a bénéficié sous ce quinquennat d’une dotation de 2,5 milliards d’euros, l’individualisation n’est pas de mise, avec un refus assumé de détricoter la solidarité nationale et familiale. Il n’y aura pas de perdant, selon les calculs du cabinet de Sophie Cluzel : la mise en place d’un abattement fixe à 5000€ permettra à 120 000 personnes de bénéficier d’une hausse moyenne de 110€ nets par mois pouvant aller jusqu’à 186€. Par ailleurs, concernant les violences faites aux femmes, le cabinet souligne qu’une mesure d’urgence auprès de la CAF a été mise en place en décembre 2019 : mal connue, elle permet à ces femmes de « s’extraire du couple » et de retrouver leur AAH dans les 10 jours…

Accompagnement, etc.

Certaines mesures visent la reconnaissance de la place des personnes autour de l’autodétermination et du pouvoir d’agir : ainsi des assistants au parcours de vie seront adossés aux communautés 360 dès la fin de l’année, des « facilitateurs » chargés de trouver les modalités d’accompagnement adaptées aux situations et besoins des personnes. Un cahier des charges sera proposé « pour un déploiement rapide dans tous les territoires ». Jusqu’en 2023, 350 postes seront créés grâce à un engagement de 14,4 M€.

Côté habitat inclusif, un premier bilan de « l’aide à la vie partagée » inscrit dans la LFSS 2021 indique que 388 places ont été financées dans les deux départements volontaires (Meurthe-et-Moselle et Gironde). En 2021, une enveloppe de 4,5 M€ doit financer 2 800 accompagnements en habitat inclusif dans 40 départements. Avec un objectif ambitieux de 10 000 personnes au sein d’habitats partagés fin 2022.

Avant le CIH, un collectif d’associations a plaidé dans une tribune pour la mise en place « d’une véritable politique inclusive, globale et coordonnée, assortie de données chiffrées, qui prenne en considération tous les pans de la vie d’une personne en situation de handicap : l’accès à des services d’accompagnement, l’accès à la prévention et aux soins, l’aménagement de son environnement, la participation à la vie sociale, la compensation fonctionnelle et financière. »

© Handicap Infos - source : communiqué de presse


 Haut de page



 
 


 Article précédent  Sur le même thème