COMMUNAUTÉ

TÉMOIGNAGE | article publié le, 12/01/17

1 réaction

trait

Un jeune toulousain en situation de handicap porte plainte contre la SNCF pour discrimination

Chaque citoyen a le droit de se déplacer, de voyager et le droit à l’égalité de traitement quelle que soit sa situation.

Chaque citoyen a le droit de se déplacer, de voyager et le droit à l’égalité de traitement quelle que soit sa situation.



Je m’appelle Kévin, j’ai 25 ans, je suis une personne en situation de handicap moteur me déplaçant sur un fauteuil roulant électrique. Je suis régulièrement amené à prendre le train avec mon chien d'assistance pour la réalisation de mes études, ma vie associative et mes loisirs.

Je voyage très fréquemment dans des trains inaccessibles, où je suis placé au milieu du passage empêchant la circulation des autres passagers, les obligeant à m'enjamber. De plus, très souvent je ne peux pas accéder aux toilettes car elles ne sont pas accessibles. Mon fauteuil ne rentre pas et souvent les passages pour m'y rendre sont trop étroits. Lors de mes voyages de Toulouse à Paris, je suis forcé de me retenir pendant presque 6 heures, s'il n'y a pas de retard...

Je n'ai pas non plus accès au service de restauration dans les T.G.V, ce dernier se trouvant dans un autre wagon que le mien. Les allées pour m'y rendre sont trop étroites pour que je puisse y passer avec mon fauteuil roulant.

Enfin, les boutons d'assistance sont très souvent désactivés et je dois demander aux contrôleurs du train leurs activations, tâche que bien souvent les contrôleurs ne savent pas faire.

Compte tenu de ces préjudices qui se produisent encore aujourd’hui, j’ai décidé de déposer plainte et de saisir le Tribunal Administratif, assisté de mon avocat Maître Nakache. Il n’est pas normal de maltraiter de cette façon les personnes en situation de handicap. Nous sommes tous des citoyens égaux et libres de se déplacer, c'est inscrit dans notre Constitution. Je précise par ailleurs que nous payons nos billets au même prix que les autres voyageurs.

Je vous donne rendez-vous pour une conférence de presse le mardi 24 janvier 2017 à 14h00. Je serai devant la gare de Toulouse-Matabiau, en présence de mon avocat, pour communiquer sur cette affaire.

Contact : kevin.fermine@yahoo.com – 07.78.39.09.52.

© Handicap Infos - source : Kévin Fermine

Les réactions des abonnés  :

Batel
06/03/2017 10:26:15
La SNCF et l'accueil des personnes handicapées... Voici la mésaventure arrivée à mon fils la semaine passée: Un contrôleur très (trop) zélé… Le 02 mars, Baptiste handicapé moteur cérébral se lève à 6 h00 pour prendre comme chaque jour ses 3 moyens de transport (bus, TER, bus) afin de se rendre de son appartement en foyer de vie, à l’ESAT dans lequel il travaille. Cela pour un salaire de 830,00 dont 70% ainsi que l’allocation logement et les intérêts de ses maigres économie de livret A sont reversés au Conseil général. (Calculez les amis : il lui reste 250,00 par mois pour les vêtements, les produits d’hygiène, les vacances, les sorties, la mutuelle, les transports…) Ce jour-là donc, il oublie sa carte de transport. Ah ! Ce handicap !!! Mais comme il sait qu’il doit être ponctuel à son poste et que retourner chez lui lui prendrait trop de temps (en plus il ne sait pas lire les horaires pour éventuellement prendre les transports suivants) c’est panique à bord !!! Il décide de prendre quand même le bus puis le train. Hélas! (on ne peut pas gagner tous les jours et il a déjà tiré le gros lot à la naissance !) Ce jour-là, il y avait un contrôleur…Il ne faut pas croire, ils font leur boulot ! Même sur les petites lignes TER de campagne (c’est bucolique et le train est confortable !) utilisées par les travailleurs et les étudiants ! Cela change de la ligne Le Havre/Paris toujours en retard et avec des wagons vétustes sans toilettes. Là, ils sont sympas nos contrôleurs, ils préfèrent ne pas ennuyer les passagers. On se demande pourquoi… J’en reviens donc à mon aimable contrôleur qui, bien sûr, s’empresse de faire signer un beau PV de 100,00 (il y a des frais !) à mon jeune travailleur handicapé qui ne trouve pas ses mots et bafouille en bavant et en ayant du mal à donner ses papiers d’identités ( en plus il est maladroit le bougre !). Notre contrôleur fait son boulot sans état d’âme. Tous ces handicapés, ils veulent l’égalité non ??? Et puis, il y a peu de risque de se prendre un coup (ils visent mal) et en plus, ils savent, eux, ce qu’est le respect … Sécurité assurée, boulot accompli avec fierté !!!


Haut de page
SÉLECTION D'ARTICLES
Haut de page

Se désabonner 

pratique