COMMUNAUTÉ

MÉDECINE | article publié le, 21/05/13

1 réaction

trait

Maladie de Parkinson : une avancée thérapeutique majeure !

La maladie de Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative la plus fréquente après la maladie d´Alzheimer.

La maladie de Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative la plus fréquente après la maladie d'Alzheimer.



Une équipe espagnole du centre d'investigation scientifique de Madrid vient d'annoncer le développement d'une molécule efficace contre la maladie de Parkinson. Cette molécule au nom de code S14 est un inhibiteur de la phophodiesterase 7 (PDE7).

La maladie de Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative la plus fréquente après la maladie d'Alzheimer. Si, comme cette dernière, ses causes sont encore aujourd'hui mal connues, elle se caractérise notamment par des troubles de la motricité, des tremblements et une rigidité musculaire.

Ces symptômes sont la conséquence d'une destruction progressive des "neurones dopaminergiques". Ces neurones, présents dans la substance noire du cerveau, synthétisent la dopamine, un neuro-transmetteur qui assure la communication entre cellules du cerveau via les synapses. Ils véhiculent cette dopamine vers le stratium, une autre région du cerveau impliquée notamment dans le contrôle des mouvements et certaines fonctions cognitives.

Ainsi, la dégénérescence des neurones de la substance noire observée dans la maladie de Parkinson réduit la quantité de dopamine disponible et empêche le bon fonctionnement du stratium.

Pour lutter contre la maladie, il est donc primordial de parvenir à bloquer la dégradation de ces neurones dopaminergiques. Jusqu'à présent les traitements s'attaquent aux effets de cette pathologie mais pas à ses causes profondes.

La molécule découverte par les chercheurs de l'équipe espagnole, baptisée "S14", a permis de diminuer sensiblement l'inflammation et la mort des neurones dopaminergiques, comme l'ont montré les essais réalisés sur l'animal.

En outre, cette nouvelle molécule semble promouvoir la production de nouvelles cellules dopaminergiques. Contrairement aux traitements actuels, ce nouveau composé serait ainsi le premier à présenter des vertus curatives de la maladie de Parkinson. Les premiers essais cliniques sur l'homme devraient commencer dans deux ans.



© Handicap Infos - source : communiqué de presse

Les réactions des abonnés  :

hortensia45
24/08/2013 07:20:24
Depuis des années on nous parle d'avancée et rien n'arrive. Je me rappelle être allée chez le neurologue en 2000 date à laquelle il a diagnotiqué le Parkinson à mon mari, dans la salle d'attente j'avais lu un livre des années 90 qui parlait de médecine et qui disait "dans 5 ans on aura trouvé". Nous étions en 2000, je me suis dis çà ne va pas tardé! Ah oui la seule chose qu'on a trouvé ce sont des médicaments qui vous donne des adictions, des patch qui vous donnen t des hallucination alors si c'est çà les avancées Eh bien merci! Alors c'est pour quand?


Haut de page
SÉLECTION D'ARTICLES
Haut de page

Se désabonner 

pratique