Mardi 11 dcembre 2018

Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)
 
 
 
 

 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

PARKINSON | article publié le, 25/01/08 0 réaction 


Nouvel avantage pour le neurostimulateur

 
 

Le boxeur Muhammad Ali et lacteur Michael J. Fox concerns par la maladie de Parkinson

Un nouvel effet du neurostimulateur chez les patients atteints de la maladie de Parkinson...

Des chercheurs du Centre de recherche de Jlich (FZJ), en coopration avec les Universits de Cologne et de Kiel, ont mis en vidence un nouvel effet du neurostimulateur chez les patients atteints de la maladie de Parkinson: il permet de rduire les troubles de la vessie en intervenant au niveau du systme sensoriel du cerveau.

Outre l'hypertonie musculaire, l'akinsie (raret des mouvements) et les tremblements, d'autres troubles fonctionnels accompagnent ces symptmes caractristiques de maladie de Parkinson. Ainsi, plus de la moiti des patients possdent galement des troubles de la vessie, tels que l'incontinence ou le besoin frquent d'uriner. De mme, la perception de son propre corps, le sens du toucher, la sensation de satit peuvent tre srieusement affects chez bon nombre de patients parkinsonniens.

A ct de l'attnuation des troubles moteurs gnrs par les stimuli d'un neurostimulateur, c'est l'effet de cet appareillage sur les fonctions sensorielles et vgtatives du cerveau que ce sont intresss les chercheurs du FZJ. A l'aide de la tomographie mission de positrons (PET)[1], ces derniers ont ainsi pu observer l'activit crbrale de patients atteints de la maladie de Parkinson lors de l'activation et de la dsactivation d'un stimulateur crbral.

En 2006, les chercheurs avaient dj pu mettre en vidence, l'aide d'un neurostimulateur non-activ, une forte activit crbrale au niveau du lobe frontal des patients parkisonniens lorsque qu'ils jugulent leur besoin d'uriner. "Ceci signifie que ces patients doivent contrler de faon plus consciente ce processus que les personnes en bonne sant", souligne le Dr. Herzog de la clinique universitaire de Kiel. L'tude actuelle mene par les chercheurs du FZJ vient, quant elle, de montrer que le neurostimulateur renforce le signal sensoriel de l'urgence mictionnelle dans le cerveau. L'information est ainsi automatiquement redirige vers les centres de contrle et le patient n'a plus besoin de se demander en permanence si sa vessie est pleine ou non.

Ces rsultats apportent une meilleure comprhension de l'efficacit du neurostimulateur dans le traitement de la maladie de Parkinson et pourraient concourir au dveloppement de ce procd thrapeutique ainsi qu' l'largissement de ses applications.

EN SAVOIR +:
Les articles du dossier "Parkinson"


© LK pour Handicap Infos source : bulletins-electroniques


 Haut de page



 
 


 Article suivant  Article précédent  Sur le même thème