Mon Compte


Mot de passe oublié ?

S'inscrire (gratuit)

Mercredi 24 octobre 2018

  •  


  •  Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

    NEUROLOGIE | article publié le, 28/12/17 0 réaction 


    Le plan maladies neuro-dégénératives 2014-2019

     
     
    Le nombre de personnes atteintes est en progression, en particulier pour les pathologies affectant les fonctions cognitives. Au premier rang de ces atteintes, la maladie d´Alzheimer et les maladies apparentées touchent plus de 850 000 personnes en France.

    Le nombre de personnes atteintes est en progression, en particulier pour les pathologies affectant les fonctions cognitives. Au premier rang de ces atteintes, la maladie d'Alzheimer et les maladies apparentées touchent plus de 850 000 personnes en France.

    L'amélioration de la qualité de vie et la réponse aux attentes des personnes touchées par une maladie neuro-dégénérative constituent une priorité nationale et s'inscrivent pleinement dans un cadre plus global d'évolution des politiques publiques en matière d'accompagnement et de vie sociale, de santé et de recherche.

    Le nombre de personnes atteintes est en progression, en particulier pour les pathologies affectant les fonctions cognitives. Au premier rang de ces atteintes, la maladie d'Alzheimer et les maladies apparentées touchent plus de 850 000 personnes en France.

    La maladie de Parkinson et la sclérose en plaques affectent quant à elles respectivement 150 000 et 80 000 personnes.

    Après une série de plusieurs plans dédiés à certaines pathologies en particulier, la France a fait le choix de proposer une démarche nouvelle englobant plusieurs maladies « modèles » dans une seule et même dynamique de progrès en matière de recherche, de soins et d'accompagnement. Ce changement d'approche doit permettre de créer davantage de synergie et de rassemblement autour d'une problématique commune, celle de la protection neuronale. Elle vise également à faire progresser le système de santé au sens large de manière à répondre à des besoins qui peuvent être communs à des personnes touchées par des maladies différentes dans le respect des besoins propres à chacun. Après notamment une série de trois plans consacrés aux personnes touchée par la maladie d'Alzheimer ou des maladies apparentées et d'une évaluation réalisée en 2013 (Rapport Évaluation du Plan Alzheimer 2008-2012, Professeurs Joël Ankri et Christine Van Broeckhoven, juin 2013), une nouvelle étape va être franchie.

    Les maladies neuro-dégénératives ont plusieurs caractéristiques communes. Ce sont des affections très souvent invalidantes et, pour la plupart, dépourvues de traitement curatif même si des traitements médicamenteux et non médicamenteux existent pour agir sur les symptômes et la qualité de vie. Les traitements symptomatiques spécifiques présentent par ailleurs des effets secondaires importants. Elles sont caractérisées par des mécanismes communs (par exemple l'accumulation anormale de protéines, un stress oxydant, une dysfonction mitochondriale ou encore des phénomènes neuro-inflammatoires) dont la compréhension fine doit être améliorée. Le système nerveux va être diversement touché, de manière localisée, expliquant la diversité des symptômes : troubles de la motricité, de l'équilibre, du comportement, de la cognition et suggérant des mécanismes physiopathologiques spécifiques ou communs à plusieurs maladies. Enfin, lorsque l'entrée dans la maladie survient tard, les effets du vieillissement s'ajoutent aux conséquences de la maladie. Les caractéristiques communes des maladies neuro-dégénératives invitent donc à favoriser une approche coordonnée particulièrement en matière de recherche pour répondre aux grands enjeux médicaux et sociaux qu'elles posent. Elles ont par ailleurs conduit à des évolutions structurantes pour notre système de santé qu'il s'agit désormais d'inscrire durablement dans l'organisation des soins et de l'accompagnement.

    La priorité donnée à la mobilisation contre la maladie d'Alzheimer a ouvert la voie à des progrès qui doivent être poursuivis et amplifiés, mais aussi être partagés au profit d'autres maladies et réciproquement. Le rapport d'évaluation du Plan Alzheimer 2008-2012 fait en ce sens un certain nombre de constats et en tirent les préconisations qui ont été utiles à l'élaboration du présent plan autour de deux enjeux : celui de la poursuite et de l'amplification des actions, celui de l'élargissement à d'autres problématiques proches. Le travail d'élaboration du Plan pour les maladies neuro-dégénératives s'est également appuyé sur une analyse des besoins des personnes touchées par les maladies d'Alzheimer et apparentées, de Parkinson et apparentées, de la sclérose en plaques (SEP) et plus ponctuellement de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et d'Huntington. Les objectifs et propositions ont été élaborés de manière à répondre à un ensemble de besoins communs sans nier les spécificités de chaque maladie, l'impact important du vieillissement, ou encore les difficultés particulières rencontrées par les malades jeunes.

    L'ambition portée par le plan est de faire mieux pour les personnes malades mais aussi leurs aidants grâce à un système de santé performant, organisé et tourné sur un objectif de parcours de santé de qualité. Il s'agit également de préparer l'avenir grâce au développement et à une meilleure organisation de la recherche. Il s'agit enfin de tirer profit de tous les apports possibles d'une société plus solidaire et du développement de l'entraide entre malades, entre aidants, entre citoyens. Cette ambition se nourrit nécessairement d'une plus grande prise en compte de la parole des personnes malades de façon individuelle et collective ainsi que d'une plus grande effectivité de leurs droits. Ainsi, le plan a-t-il vocation à décliner des recommandations et des propositions issues des travaux conduits sur la démocratie en santé (Rapport Pour l’an II de la démocratie sanitaire, Claire Compagnon, février 2014), sur le service territorial de santé au public (Rapport Service public territorial de santé Bernadette Devictor, avril 2014), et sur la citoyenneté de tous (Avis Affirmer la citoyenneté de tous, CNSA, juin 2014).

    La stratégie nationale de santé et la future loi relative à la santé, la stratégie nationale de recherche, la future loi d'adaptation de la société au vieillissement et les plans d'actions qui l'accompagnent (Plan de lutte contre la dépression et prévention du suicide ; Plan pour une politique du médicament adaptée aux besoins des personnes âgées; Plan pour les métiers de l’autonomie) ou d'autres travaux comme ceux conduits dans le cadre du Comité interministériel du handicap (CIH) ou du prochain plan pour les handicaps rares constituent des fondements importants de la politique à mener en direction des personnes malades et de leurs proches aidants.

    EN SAVOIR + :
    Plan maladies neuro-dégénératives 2014-2019


    © Handicap Infos - source : communiqué de presse


     Haut de page



     
     

     Article suivant  Article précédent  Sur le même thème

      |  Pour intervenir ici, vous devez d'abord vous identifier, ou vous inscrire (gratuit).